Ce site apporte des éléments sur les 6 derniers mois de la vie de Zweig, Il illustre, par des documents filmés et des photographies, le roman publié le 6 janvier chez Flammarion, "Les derniers jours de Stefan Zweig". Il tentera en retraçant l'existence de l'écrivain d'éclairer les raisons et les conditions de son suicide. CLIQUER SUR ACCUEIL.




L'histoire des "derniers jours de Stefan Zweig" débute le 27 août 1941, le jour où Zweig et son épouse mettent le pied à Rio de Janeiro, débarquant du bateau "l'Uruguay", depuis New York. 
Le roman s'achève le dimanche 22 février 1942, à l'heure où les deux époux avalent, chacun, le contenu d'une fiole de Véronal pour mettre fin à leurs jours. Le livre raconte 6 mois d'une vie de traqués. Ce site évoquera les instants qui précèdent le débarquement à Rio. De la gloire à l'exil. 










photos d'identité de Stefan Zweig pour l'obtention de son passeport britannique.







Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo



: SUR LCI, LE MONDE DES LIVRES; AUTOUR DE STEFAN ZWEIG.









Il a fui l'Autriche, et sa maison du Kapuzinerberg, 4 ans avant l'Anschluss.
Il a fui l'Angleterre et sa maison de Bath, quelques jours avant que ne s'abattent les bombes sur Londres.
Il a fui New-York, il ne supportait plus d'être un étranger mini d'un visa provisoire. Etranger dans sa langue, juif en Allemagne, allemand en Angleterre.






Il a choisi le Brésil, le lieu de la fuite ultime, la ville de Pétropolis, perdue au confins de la jungle,

LE LIEU DU BOUT DU MONDE
LIEU D'OU L'ON NE PEUT PLUS FUIR.






La maison de Pétropolis, dernier lieu de l'exil, et lieu du drame ultime. Il y débarque, accompagnée de sa jeune femme, en septembre 1941. La maison est juchée sur les hauteurs de la ville. Elle présente 3 petites pièces, une véranda qui offre le spectacle des toits de Pétropolis et, au loin, d'une féerie de vallées, de forêts.




SZ croira, en y déposant ses valises, y trouver la paix.
Il s'agira de repos éternel.
La proprétaire en est l'anglaise madame Banfield. Elle garantit seulement un bail de 6 mois. Septembre 1941... en mars 42, les Zweig devront trouver un nouvel abri, partir à nouveau. Mais l'histoire n'ira pas jusque là.
L'histoire prendra fin le 22 février 1942 .



Stefan et Lotte Zweig dans une réception donnée en leur honneur à Rio. Ils semblent avoir rencontré une forme de sérénité en ce pays, célébré dans "Brésil, terre d'avenir". Loin du tumulte de la guerre, des désastres qui ravagent l'Europe. Loin du "monde d'hier".

Il rencontre Lotte Altman, sept ans auparavant,
à Londres.


En 1934, il a fui l'Autriche. Il cherche
alors une secrétaire pour l'aider
dans sa rédaction de "Marie Stuart".








En 1934, Lotte a 25 ans. Zweig, 52. Lui est marié à Friderike.
Elle a fui Kattowice, en Silesie orientale.
On dira d'elle: "c'est la femme silencieuse".









Il arrive en train depuis Rio. C'est la dernière destination, le lieu du dernier voyage. Ici, sera le lieux de tous les commencements. Une nouvelle vie dans ce nouveau monde , si éloigné des terres d'apocalypse.
Brésil, Terre d'Avenir.

La ville est perdue dans les montagnes. On doit pour y parvenir traverser une successions de vallées et de pics foisonnants de forêts. La jungle enserre la ville. Pétropolis, le lieu lumineux de la désolation?


Mais la ville, lieu de villégiature des cariocas,
est riche de monuments datant de l'époque impériale.


Ironie de l'histoire, Pétropolis a été fondée un
siècle plus tôt par
l'empereur Don Pedro, en l'honneur de sa femme -une autrichienne descendante des... Habsbourg qui ont si longtemps régné sur Vienne.
Don Pedro avait convié des colonies d'émigrés allemand du 19ème à bâtir la ville.
Un siècle plus tard, là où il a fui l'Autriche, Zweig voit dans les rues, à côté des métisses, de petits enfants blonds amenés par leurs parents à l'école....


L'Autriche colle aux semelles des Zweig

La ville est une féerie. On se croirait à Baden, à Semmerigen, dans les Alpes autrichiennes.


Ici, ils se sentent à l'abri. Ici, SZ est un homme célébré, on adore l'auteur qui a encensé le pays.




Dans chaque maison, chaque bibliothèque compte ce livre dédié à la gloire du Brésil





LA-BAS, D'OU IL VIENT, LES FLAMMES LECHENT LE CIEL, ET CONSUMENT LES PAGES DE SES LIVRES, TRANSFORMENT EN CENDRES SES HEROS.

ICI, ON NE BRÛLE PAS LES LIVRES








Le 10 mai 1933 au soir, les ligues étudiantes des universités d'Allemagne après avoir dressé la liste des livres interdits les ont brûlé sur les places de chaque ville d'Allemagne.


ET DESTRUCTION D'UN COEUR

ET AMOK

TOUS LA PROIE DES FLAMMES



ET MAGELLAN
ET ERASME




Et il ne reste rien de ces livres.



Il ne reste rien de ces livres, il écrit dans une langue parlée par un peuple qui n'a plus le droit de le lire. Est-on encore un écrivain lorsque l'on écrit plus pour personne?


Est-on encore un écrivain en vie lorsque l'on n'écrit plus?











L'exil a commencé en 1934. La mort était déjà un mot d'Allemagne. Hitler au pouvoir depuis le 30 janvier. Mais l'Autriche était encore un nom de pays. L'Autriche avait encore 4 ans avant de disparaître, simple province du Reich. Il aurait pu rester. Continuer à travailler comme Freud, son maître, son ami. Poursuivre le combat comme Joseph Roth, celui qu'il admirait, à qui il a fait "accoucher" la "marche de Radestky", qu'il a soutenu jusqu'à ses ultimes instants.


IL QUITTE L'AUTRICHE, il fuit Salzbourg, il écrit: "je quitte Salzbourg, mais tout ce que je fais, j'essaie de le faire ans bruit. Ce qu'on appelle l'héroïsme ne m'imoprte guère." Il quitte le domaine de Kappuzinerberg le 29 AOUT 1934. EN SON ABSENCE, PEU AVANT, SA MAISON A ETE PERQUISITIONNEE PAR LA POLICE AUTRICHIENNE. LE REGIME Y RECHERCHE DES CACHES D'ARMES DES ARMES CHEZ LE GRAND HUMANISTE! UN AN PLUS TOT, PRES DE BERLIN, la GESTAPO a perquisitionné la MAISON DE CAPUTH d'ALBERT EINSTEIN POUR LE MEME MOTIF. EINSTEIN A FUI LE REICH QUELQUES JOURS AUPARAVANT.
IL QUITTE SALZBOURG.

Membres